Dette publique, taxes

Mise en pratique de

l’Egalité en restituant l’ISF , en contrôlant gabegie et évasion fiscale

Grand Débat National
Pour lutter efficacement et globalement contre les dépenses publiques, taxes , impôts , pouvoir d’achat et chômage créer une transparence via le numérique .
Cette transparence consisterait à ce que l’État les collectivités du national au local et leurs associations subventionnées publient leurs comptes de résultat sur leurs sites respectifs.
A partir des chiffres publiés une évaluation pourrait réellement se faire sur les grandes préoccupations d’intérêt général concernant l’équité fiscale.

Le gouvernement supprime les enquêtes publiques environnementales contre l’avis des citoyens
Par Laurie Debove
« La méthode utilisée est habile. Sous couvert de simplification et de diminution des délais, c’est subrepticement, par petites touches, lors de la sortie de nouveaux projets de loi, que la participation du public aux décisions ayant une incidence environnementale est en train de muter pour se résumer à une simple consultation par voie électronique », a ainsi dénoncé la présidente de la CNCE à Actu Environnement. Voir plus

La (très) grande évasion : ces milliards qui s’envolent au nez du contribuable français (Vidéo)
Alors que le mouvement des gilets jaunes met en exergue le sentiment d’injustice qu’éprouve une partie croissante de la population face à la fiscalité française, Yannick Kergoat (Les nouveaux chiens de garde) et Denis Robert, spécialiste du journalisme d’investigation, viennent d’annoncer leur prochain film documentaire intitulé La (très) grande évasion.
Par Mr Mondialisation
Déjà deux ans d’enquêtes et d’entretiens pour décortiquer les dessous de l’évasion fiscale :
voir plus 

La contribution des consommateurs au Grand débat
Ensemble, libérons 9 milliards de pouvoir d’achat !
L’UFC-Que Choisir prend part au Grand débat national en vous soumettant 12 mesures qui non seulement feraient du bien à vos finances mais favoriseraient une société plus respectueuse de la santé et de l’environnement. En jouant sur les niveaux de prix des dépenses contraintes (alimentation, banque, énergie…), on pourrait libérer 9 milliards d’euros de pouvoir d’achat, soit 320 euros par ménage. Soutenez cette contribution et votez pour les trois que vous privilégiez !
Lire la suite

Impôt sur la fortune : la réunion secrète qui a accéléré la réforme
Par Jacques Monin et Cellule investigation de Radio France
Enquête | Initialement prévue pour 2019, la réforme de l’ISF a été précipitée sous la pression d’économistes et de grands patrons, lors d’un rendez-vous secret avec des patrons du CAC 40 organisé à l’Élysée début juillet 2017.
Voir plus
Rutger Bregman : « Nous devons parler des impôts. C’est tout. »
On n’arrangera rien à rien tant qu’on ne touchera pas aux impôts. Voici, en somme, ce qu’avait à dire l’historien néerlandais aux grands de ce monde.
Par Axel Leclercq
Peut-on affronter le désastre écologique en cours sans toucher à la façon dont sont prélevés les impôts sur cette planète ? Pour l’historien Rutger Bregman, la réponse est non et trois fois non. Pour lui, tant qu’on ne changera pas les règles de la solidarité collective, alors, tout espoir sera vain. Lumière sur une prise de parole précieuse et percutante.

Décidément, le dernier sommet de Davos a fait émerger bien des discours tranchés. Et c’est tant mieux ! Après les avertissements sans détour de Greta Thunberg, jeune suédoise de 16 ans, c’est au tour de Rutger Bregman de mettre les pieds dans le plat, et pas qu’un peu. « Dérouté » par son « expérience » au dernier Forum économique mondial, il s’est fendu d’un discours on ne peut plus explicite. Pour lui, il n’existe qu’un seul levier capable de régler la crise environnementale : « les impôts, les impôts, les impôts« , un sujet dont, bizarrement, personne ne parle à Davos. Personne… sauf lui ! Regardez :

L a justice d’exception accordée aux multinationales menace nos droits et notre environnement
Par Laurie Debove
L’impunité des multinationales grâce à un système de justice parallèle
CETA, TAFTA, JETA… Ces acronymes désignent des accords de commerce et d’investissement, dits « de libre-échange », qui confèrent aux entreprises multinationales un totem d’immunité sur les décisions prises par des gouvernements nationaux.
Voir plus

Loi Alimentation : le prix de certains produits va augmenter
Par LCI
Une partie de la loi Alimentation entre en vigueur le 1er février 2019. Plusieurs produits de grande consommation vont voir leur prix augmenter de 5% à 10%. L’objectif du gouvernement serait d’assurer une meilleure rémunération des agriculteurs et de leurs produits. Comment les consommateurs ont-ils réagi à cette inflation ? voir plus

Pourquoi faire payer toujours plus les consommateurs ( y compris les plus pauvres) sans éviter les gaspillages d’argent public ? Voir la pétition 

Travailler la transparence des comptes publics du national au local en les diffusant via le numérique, un moyen de faire participer les citoyens à éviter le développement de la dette .

Une évaluation chiffrée apportera les éléments indispensables pour analyser le réel travail public effectué en fonction de lutte contre le chômage par la création d’emplois durables rémunérés pour les services économiques essentiels aux habitants du territoire .

En aménageant des évaluations justes , nous pourrons rémunérer le travail d’intérêt général en abordant réellement le chômage conséquence d’une société malade et mal gérée.

 

 

[Dossier special Loi Egalim en exclu pour Gilet Jaune Toulouse]
Comment favoriser encore une fois les marges des distributeurs et culpabiliser le petit peuple.
 » Les états généraux de l’alimentation ont deux objectifs : le premier, de permettre aux agriculteurs de vivre du juste prix payé, de permettre à tous dans la chaîne de valeur de vivre dignement ; et le second, de permettre à chacune et chacun d’avoir accès à une alimentation saine, durable, sûre  » — Emmanuel Macron, à Rungis le 11 octobre 2017.
Attention grosse surprise : nouvelle baise gouvernementale en vue.
Dès ce vendredi 1er février 2019, vous pourrez observer une augmentation des prix de 800 produits l’hypermarché d’environ 10 % (source Le Parisien)
Planifiée lors des états généraux de l’alimentation, une belle promesse du roi, la « loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable » semble complètement vidée de sa substance.
Voir plus 

Démontage d’un enfumage: l’ISF expliqué par Frédéric Lordon voir vidéo ci contre

En Occitanie, dépenses en hausse et gaspillages suite à la fusion des régions. © AFP / PASCAL PAVANI

Mise en pratique de l’Egalité en restituant l’ISF, en contrôlant gabegie et évasion fiscale.
 Lorsque la fusion de la gestion gaspille l’argent public, impôt indirect et taxes s’ajoutent pour compenser . Une gestion réellement économique peut s’affirmer à partir de la société civile.

  • Prioritairement contrôler que l’ISF soit réinvesti dans  l’économie réelle en faisant émerger la transparence de la gestion du millefeuille .
  •   Créer un observatoire citoyen de la dépense publique du haut de la pyramide millefeuille jusqu’à sa base . Cet observatoire est indispensable pour maîtriser la hausse des taxes qui compense tous les gaspillages de l’argent public que nous ignorons ou que nous voulons ignorer à tous les niveaux de l’échelle administrative de la gouvernance administrative .

Réseaux citoyens inter-connectant les 3 piliers social-écologie-économie respectant le développement durable avec les producteurs-consommateurs et distributeurs en coopération fraternelle .
La fusion des gouvernances est  dévoreuse d’argent public, ce qui crée la confusion sociale
Un engagement citoyen est nécessaire pour éviter cela.

Fusion des régions le grand gaspillage écouter l’émission

 

Le travail de l’Etat est de garantir la mise en pratique de l’Egalité pour réduire la fracture sociale

En 1995 , le candidat Jacques Chirac a été élu Président de la République sur le thème de la fracture sociale . Vingt-trois ans plus tard Emmanuel Macron l’actuel Président reconnaît ne pas avoir su créer le lien entre la France d’en haut ( l’élite dirigeante ) et celle d’en bas celle qui subit la vie chère, les taxes qui s’ajoutent aux taxes .

D’en haut, les ministères et empilages d’institutions des pouvoirs publics n’ont pas été capables de régler les situations de plus en plus complexes, ne respectant pas davantage les 3 idéaux Liberté-Egalité et la Fraternité dans son ensemble. Une gouvernance en tire profits et intérêts privilégiés par clans et copinages superposés.

En plein effondrement social-écologique et économique, d’autres moyens sont indispensables pour faire face à la situation que vivent mal de plus en plus d’administrés. Et également, pour sortir des taxes et des lois qui n’ont jamais pu régler les problèmes sociaux.

 

L’Etat doit garantir en priorité le financement de la défense des citoyens en évitant de financer les privilèges.

Les « Gilets jaunes », la démocratie et la résistance à l’oppression socialevoir la suite


L’assistanat des riches nous coûte un « pognon de dingue » !
Par Jean Gadrey Professeur honoraire d’économie à l’Université Lille 1
L’aide sociale et les minima sociaux coûtent environ 70 milliards d’euros par an aux finances publiques, soit 3 % du produit intérieur brut (PIB). Ces prestations contribuent de façon décisive à réduire la pauvreté et les inégalités.
Face à cela, le coût de « l’assistance aux plus riches » pourrait être de l’ordre de 150 milliards d’euros par an hors fraude et évasion fiscales, et de l’ordre de 250 à 300 milliards au moins en incluant ces deux derniers coûts, comme le développait un billet de blog récent.

Voir la suite

 

Justice fiscale, justice sociale : des impôts justes pour un service public de qualité !
Les agent.e.s des Finances publiques s’adressent à vous
Justice fiscale, justice sociale : des impôts justes pour un service public de qualité !
Hausse de certains impôts et de nombreux tarifs, sentiment d’une fiscalité de plus en plus injuste et d’un service public de plus en plus dégradé et absent des territoires, salaires et pensions ne permettant plus de vivre correctement, conditions de vie et de travail dégradées…, les raisons de la colère ne manquent pas dans la période. Il faut donc mener un combat pour une réelle justice fiscale et sociale.
Oui, il faut des impôts et des cotisations sociales…
…mais il faut surtout un système plus juste ! Voir la suite

La TVA est-elle juste ?
Par Observatoire des inégalités
Les taxes indirectes telles que la TVA, la taxe sur les produits pétroliers, etc.., représentent près de 17 % des revenus des plus démunis, deux fois plus que pour les ménages les plus aisés.
La France est l’un des pays riches où la fiscalité indirecte – les taxes comprises dans le prix d’un bien ou d’un service – voir encadré – est la plus élevée. Ces taxes – dont l’essentiel est constitué de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) – représentent plus des deux tiers des recettes de l’Etat et un quart de l’ensemble des prélèvements obligatoires [1]. Elles représentent une part deux fois plus élevée du revenu des ménages les plus pauvres que de celui des plus riches. Lire la suite

Mille-Feuille d’institutions = millefeuille de problèmes + Développement de la dette publique
La grande cause de ces problèmes est de séparer les 3 piliers fondamentaux du développement durable pour demander des subventions publiques compensées par des taxes , surtaxes et impôts indirects payées par tous les consommateurs y compris les plus pauvres.

Fusion des régions , gaspillage de l’argent public , confusion et blocage de la vie sociale-économique et écologique .

J’ai participé à de nombreuses réunions en tant que conseiller bénévole de la société civile du Plan d’Equilibre Territorial Pays Midi Quercy. A cette occasion, j’ai pu constater que les pouvoirs publics privilégiaient des associations et entreprises ayant besoin de finances, alors que les associations de la société civile portées par des bénévoles et se finançant par elles mêmes n’étaient pas entendues dans leurs propositions sociales écologique et économiques .

L’argent est considéré comme une arme du pouvoir et non comme un sang ayant besoin de circuler dans le corps social . Cela ne permet pas une transition basée sur la recherche de l’équilibre de la vie et de la santé d’une société . La transition entre société civile , associations entreprises et pouvoirs publics ne se fera pas  sans repenser l’argent comme un véhicule circulant entre les trois fonctions de la société Liberté-Egalité-Fraternité.

Imaginons que le sang dans le corps humain reste figé dans le cerveau , dans la tête , et qu’il ne descende jamais dans les jambes les bras et les poumons , le corps resterait inerte , c’est bien ce qui arrive lorsque l’argent ne circule plus que dans le pouvoir d’en haut ….

Fusion des régions. Le coût de fonctionnement de la région Occitanie a augmenté d’un milliard d’euros
Coût d’une séance plénière du conseil régional d’Occitanie : 137 170 € par jour Voir l’info

L’explosion des échelons administratifs ruine la France

Pièces à conviction Panique à la mairie : quand les élus dérapent    voir la suite