Gestion commune

Gestion commune :
Former des observatoires citoyens d’économie durable afin d’organiser une cohérence des dépenses publiques
Redistribuer les richesses et l’argent public pour que vive l’économie réelle

Transparence des comptes pour les associations subventionnées
Maires : les communes ouvrent des cahiers de doléances
Les maires ruraux profitent de leur proximité avec les habitants pour être des relais avec le gouvernement. Plus de 10 000 petites communes vont ainsi ouvrir leurs portes samedi 8 décembre.
Quatre maires dans quatre mairies ont tous décidé d’ouvrir leurs portes samedi 8 décembre et de recueillir les doléances de leurs citoyens. À Fercé-sur-Sarthe (Sarthe), une commune de 600 habitants, Dominique Dhumeaux, le maire, est l’un des premiers à avoir décidé d’ouvrir sa mairie, en tant que vice-président de l’Association des maires ruraux de France. Son quotidien d’élu est rythmé par les revendications des « gilets jaunes ». En Gironde, à Blasimon, les habitants sont aussi invités à s’exprimer samedi au secrétariat de la mairie.
Lire la suite

Dans notre commune de Caylus , la mairie n’a pas mis un cahier de doléances à disposition des citoyens , lorsqu’elle le mettra , voici la doléance que l’association lien en Pays d’OC déposera :

Un observatoire citoyen devient indispensable pour que les dons des multinationales n’aillent pas aux hyper-associations mais d’abord aux plus petites celles qui font le réel travail de terrain de lien social. Un travail coopératif citoyen immense doit commencer . Par la formation des observatoires citoyens d’économie durable, et cela à partir des bonnes volontés conscientes qu’une société doit devenir équitable.
Le système de gestion par délégation prouve aujourd’hui ses limites pour le respect du bon sens de l’équitable. Si les comptes ne sont pas mis à la disposition du public, nous ne pouvons pas mesurer les dépenses pour les biens communs .

Cohérence des dépenses publiques

Pour cela, créer un observatoire citoyen du haut de la pyramide millefeuille jusqu’à sa base permettra d’organiser une cohérence des dépenses publiques.
Les citoyens peuvent créer un observatoire de la gestion publique. Cela permettra de faire payer des impôts aux multinationales et de gérer la transparence des subventions accordées aux projets sans utilité pour les biens communs.

Sans cet observatoire citoyen l’initiative lancée par Denis Duverne et Serge Weinberg, présidents d’Axa et de Sanofi, qui demande aux plus riche de donner 10% de leur revenus ou patrimoine à des associations, fondations ou fonds de dotation a 90 % de chance de ne jamais redescendre aux petites associations qui travaillent le terrain du lien social .

Voir Deux grands patrons français appellent les « riches » à donner 10% de leur fortune
Par BFMTV suite

De  petites associations qui créent du lien social s’appuient sur le développement durable selon les termes de la déclaration  de madame Brundland du nom de la norvégienne Gro Harlem Brundland dans un rapport à l’ONU en 1987 qui a fait date sur la définition du développement durable devant l’ONU,  d’un mode de développement « qui répond aux besoins du présent en incluant les plus pauvres tout en permettant aux générations futures de répondre aux leurs .
L’ observatoire citoyen est indispensable pour éviter la relation directe sans intermédiaire entre E Macron son cercle de pouvoir , les maires et les hyper-associations qui obtiendront les dons des riches . Sans cet observatoire intermédiaire le risque de développement de la dette risque de se poursuivre .

Eviter le développement de la dette publique
De nombreux décideurs locaux obtiennent des subventions publiques avec le thème du développement durable .
Mais certains  décideurs reçoivent cet argent et  redistribuent des subventions à des micro projets éphémères éloignés des préoccupations du développement durable. Donc,  les dépenses d’argent public pour les intérêts des biens communs ne sont pas respectés ….

Rappelons le bon sens du développement durable trop souvent mal interprété par les pouvoirs publics.

Respecter le bon sens du développement durable

Le développement durable est né avec le concept d’entreprise citoyenne dans les années 1985-90, et il s’agit , selon les termes de la déclaration  de madame Brundland du nom de la norvégienne Gro Harlem Brundland dans un rapport à l’ONU en 1987 a fait date sur la définition du développement durable devant l’ONU,  d’un mode de développement « qui répond aux besoins du présent en incluant les plus pauvres tout en permettant aux générations futures de répondre aux leurs , précise-t-il. Le projet politique que sous -tend cette définition repose sur une solidarité intra et inter générationnelle , c’est l’ambition sociale aujourd’hui qui est essentielle , la préservation de l’environnement est une contrainte pour demain. »
En 1992, le Sommet de la Terre à Rio, tenu sous l’égide des Nations unies, officialise la notion de développement durable et celle des trois piliers (économie/écologie/social) : un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable. 
voir la suite  dans l’onglet :  Liens coopératifs-développement durable

 

Pour une politique agricole et alimentaire commune juste, saine et durable
Par Le collectif «Pour une autre PAC»
La conscience et la préoccupation du grand public sur les enjeux de protection de l’environnement, de la biodiversité, du climat et du bien-être animal vont grandissantes. Sur l’ensemble de ces sujets, les pratiques agricoles ont des conséquences majeures. Par exemple pour l’atténuation du changement climatique, l’agroécologie présente des atouts conséquents et les pratiques positives doivent être encouragées. Pour valoriser et encourager les pratiques de production favorables à la préservation de l’environnement et de la biodiversité, l’ensemble des services rendus par les paysan·ne·s doit être rémunéré : leurs productions de denrées et de biens, mais aussi l’ensemble des services rendus à la société par leur travail.
Voir la suite

Une transparence des comptes des dépenses publiques est indispensable pour les associations entreprises subventionnées et pour les pouvoirs publics qui les distribuent afin que tous les habitants contribuables locaux et nationaux soient informés.