Magasins coopératifs

Une Biocoop à Caylus sur l’axe passant: une solution pour servir l’économie du village son avenir et son territoire .
L’idée que le village peut relancer son activité par les seuls commerces existants complétés par une fête médiévale lors de la saison touristique et que tout autre commerce serait une concurrence pour le village est une fausse bonne idée .
Le village a besoin de commerces adaptés à la demande en cours . Cette demande correspond à celle croissante des consommateurs responsables soucieux de leur santé et de celle de l’environnement . Un projet d’entreprise ne peut exiger un engagement des consommatuers basé sur la culpabilisation de ces derniers à ne pas acheter dans les commerces créés sans leur avis et non pris en compte dans le projet d’installation .

C’est la raison pour laquelle nous proposons un projet global ( social-écologique et économique ) impliquant les intérêts des producteurs , des consommateurs et des intermédiaires ( transformateurs distributeurs ) ainsi que les avis des citoyens des réseaux sociaux engagés dans cette réflexion si nous voulons espérer un engagement durable dans des projets communs de nos villages.


Une biocoop placée sur un lieu de passage ( 6000 véhicules passent sur la route située entre Montauban et Villefranche de Rouergue *) permettrait de rendre service non seulement aux habitants du village mais aussi aux passages des consommateurs qui ne sont pas captés tout le long de l’année au centre du village qui manque de parkings.

En plus, la Biocoop permettrait un accompagnement solide avec l’appui de son réseau, ce qui éviterait l’échec successif des petits commerces qui ferment dans les deux années qui succèdent leur ouverture.
L’esprit de coopération est indispensable au développement durable répondant au rapport Brundland et à son respect de s’appuyer concrètement sur les 3 piliers : social écologie et économie .
Le manque de formation à cet esprit de coopération est la raison pour laquelle les échecs se répètent ; ce que les réseaux biocoops ne veulent pas ignorer dans leur pratique du commerce équitable: ; ce que les réseaux biocoops ne veulent pas ignorer dans leur pratique du commerce équitable: voir
Entreprendre autrement avec Biocoop  ici 

Les Biocoops ont la capacité d’éviter les dépenses publiques dans le domaine de la distribution en ouvrant la voie à d’autres formes coopératives innovantes . Les pratiques de la valeur ajoutée humaine dans la distribution s’appuyant sur le lien social permet d’éviter les coûts inutiles découlant d’institutions qui compensent le manque d’analyse de leurs échecs répétés par des prolongations de  fonctionnement inadapté au circuit-court économique et écologique .

Ouverture du premier Biocoop anti-déchet

Publié par Ma Planète Mieux

Biocoop, 1er réseau de magasins bio et équitables en France, poursuit son implantation à Paris dans le quartier de Nation, avec l’ouverture de son magasin 100% zéro déchet. Son nom : Biocoop ADN.

1 000 références répondant à tous les besoins du quotidien.  Biocoop ADN est avant tout un magasin Biocoop, proposant une offre 100% bio, mettant à l’honneur le vrac, et répondant au cahier des charges exigeant de la coopérative.

Dans ce magasin de quartier de 90m2, le client trouvera une offre complète de 1000 références qui répond à tous ses besoins du quotidien : fruits et légumes, épicerie, produits frais, hygiène et entretien. Son objectif est clair : proposer une offre large tout en s’attaquant frontalement aux déchets, en enlevant tous les emballages possibles. Pour y parvenir, il propose des solutions au consommateur : en priorité la réutilisation des contenants amenés par le client mais aussi des emballages compostables et de la consigne.

Un concept affirmé et collaboratif  voir plus

*Chiffres communiqués par la Direction Départementale des Territoires

 

Consommer bio, c’est bon aussi pour l’emploi
Par France Info
Le Salon international de l’agriculture ouvre ses portes samedi à Paris. Le bio est un pourvoyeur d’emplois.
La culture bio nécessite plus de personnel que l’agriculture traditionnelle. Quand vous achetez bio, non seulement vous faites un geste pour la planète, en évitant l’utilisation de pesticides et en favorisant la biodiversité mais vous faites un geste pour votre santé et vous donnez aussi un coup de pouce à l’emploi.
Le bio est un fort pourvoyeur d’emplois suite

Le développement du marché du bio est un immense pourvoyeur d’emplois 
Par Sarah Roubato
Nouveau marché juteux… mais de quel bio parle-t-on ?
Qui, en achetant un produit, voit celui qui sème, qui ramasse, qui porte un masque en aspergeant les champs, qui se lève aux aurores pour gagner sa misère ou sa fierté ? Qui se souvient qu’acheter un produit, c’est participer à tout un modèle de société, c’est permettre à des gens de s’installer dans une région ou d’y rester, d’y élever leurs enfants, de ne pas fermer l’école du village ? Voir plus

Consommer bio, c’est bon aussi pour l’emploi
Par France Info
Le Salon international de l’agriculture ouvre ses portes samedi à Paris. Le bio est un pourvoyeur d’emplois.
La culture bio nécessite plus de personnel que l’agriculture traditionnelle. Quand vous achetez bio, non seulement vous faites un geste pour la planète, en évitant l’utilisation de pesticides et en favorisant la biodiversité mais vous faites un geste pour votre santé et vous donnez aussi un coup de pouce à l’emploi. Le bio est un fort pourvoyeur d’emplois suite